Tag Archives: Le Livre de Poche

“Spirales” – Tatiana de Rosnay

Standard

Spirales

Êtes vous prêts à vous laissez emporter par le tourbillon du destin, implacable, sans issue, de Tatiana de Rosnay ?

C’est la première fois que je lis un roman de Tatiana de Rosnay, même si je connaissais son succès pour « Elle s’appelait Sarah ». J’ai été emporté le temps de deux petites heures dans cet enchaînement terrible dont Hélène, l’héroïne, est la victime. Et je dois vous avouer que je n’en suis pas sortie indemne moi non plus !

Hélène est une mère de famille bourgeoise, aimante, sereine, intelligente, bien sous tout rapport dira-t-on. Jusqu’au jour où elle fait un faux pas, puis un autre… Et de mensonges en mensonges, la vie semble se retourner contre elle. Je ne vous en dis pas plus pour vous laissez le temps de profiter au mieux de ce petit roman presque diabolique.

Au début, je pensais qu’il était peu crédible que tout cela puisse arriver à la même personne, et puis au fil du roman, je n’ai pas pu m’empêcher de penser que nous pourrions toutes devenir victimes du même coup du sort… et là c’est difficile de s’en remettre !

J’ai adoré le style d’écriture de Tatiana de Rosnay, simple, les phrases sont courtes, et tout cela donne un rythme effréné au roman. Ajoutez à cela des chapitres très courts, et vous obtenez cette petite bombe littéraire, qui en fera exploser plus d’une !

Et attention à la fin du roman, elle devrait vous surprendre ! Je suis restée interdite, et je ne sais pas encore quoi en penser… Peut être l’illumination me viendra-t-elle un peu plus tard à force de penser et repenser à ce que j’ai pu lire ? En tout cas, si vous voulez en parler, n’hésitez surtout pas !

Editions Le Livre de poche, 20/03/2013.

“Frisson” – Maggie Stiefvater

Standard

Frisson - Maggie Stiefvater

C’est triste que j’avais refermé la saga Nightshade, perdant à jamais contact avec mes loup-garous préférés. Si les vampires commencent à me fatiguer, les loup-garous, au contraire, aussi étonnant que cela puisse paraître, me passionne.

Ce que je trouve le plus fascinant dans les dernières séries fantasy qui leur sont consacrées, ce sont les différences dans la façon de les appréhender.

Dans Twilight, la chaleur corporelle d’un loup-garou avoisine les 50°c, dans « Frisson » il n’en est rien, mais la température extérieure agit sur leur transformation en loup, ou en humain. C’est d’ailleurs cette idée qui m’a convaincue de me procurer cette nouvelle trilogie, que je lis maintenant avec délice, en toute simplicité (ce n’est pas non plus de la grande littérature, mais c’est très agréable !).

Évidemment, vous retrouvez sous vos yeux le schéma habituel. Une fille à peu près normale (mais pas trop quand même !), passionnée par les loups depuis qu’elle est petite, Grace, suit depuis des années une meute de loups qui vit près de chez elle. Et en particulier un loup, son loup, jusqu’à ce qu’un malheureux accident entraîne une chasse sans merci contre ses protégés. C’est alors qu’elle retrouve un garçon sur le pas de sa porte, blessé par balles, et son regard lui dit quelque chose…
Sam, loup-garou de son état, sait qu’il vit sans doute sa dernière année en tant qu’humain, qu’il deviendra loup pour toujours, et il décide alors de profiter de Grace jusqu’à la dernière seconde. S’ensuit alors une exaltante aventure pour trouver une solution au problème des loups, afin que cet amour impossible puisse survivre au plus rude des hivers ! (tout ça, en trois tomes bien entendu !).

C’est donc ce qu’il y a de plus classique, mais c’est très sympathique à lire. Les personnages sont attachants, l’imagination dont fait preuve l’auteur est plutôt convaincante, et l’histoire tient debout. Que peut-on demander de plus ?

Autre côté original qui m’a plu, l’histoire est racontée à la première personne par les deux héros, suivant les chapitres, de quoi découvrir le caractère de chacun, et leurs pensées ! J’adore !

C’est une trilogie que je recommande aux passionnés de bit-lip, fantasy, ou loup-garous ! De quoi passer un bon moment, tout simplement !

Et si vous êtes comme moi, vous finirez par avoir une phobie du thermomètre !

 

Editions Le Livre De Poche, 2012.
Grand format aux éditions Hachette Jeunesse, collection Black Moon.

“Heather Mallender a disparu” – Robert Goddard

Standard

Heather Mallender a disparu - Robert Goddard

Je reviens sur un roman que j’aurais pu dévorer (comme d’autres lecteurs avides de connaître le dénouement de cette fabuleuse enquête), mais que j’ai plutôt savouré, lentement, pour finalement ne plus tenir, et me sentir obligée de lire le plus vite possible pour comprendre le pourquoi du comment.

Car oui, Robert Goddard est un maître incontesté du suspense, il nous sème des indices à droite, à gauche, afin que le dénouement nous paraisse encore plus surprenant ! (et autant vous dire que le dénouement de ce roman est une vraie perle, comme je les aime !)

Mais rappelons aux lecteurs moins chanceux de quoi traite « Heather Mallender a disparu ». Le titre parle de lui-même, c’est l’histoire de Heather Mallender, qui, vous vous en doutez maintenant, a disparu lors d’un séjour à Rhodes, dans la villa d’un diplomate anglais, gardée par Harry Barnett, alcoolique d’une cinquantaine d’années, qui est en fait le héros de notre histoire. Celle-ci se déroule d’ailleurs dans un passé assez proche, à la fin des années 80. Heather Mallender disparaît donc alors qu’elle fait une randonnée avec Harry Barnett, avec qui elle semble liée d’amitié. Ce dernier est donc le suspect n°1 pour la police qui enquête sur la disparition de la demoiselle, ajouter à cela que M. Barnett est plutôt un ennemi de la famille, et vous obtenez le coupable idéal. Le coupable un peu trop idéal… Laissant ses bouteilles loin derrière lui (ou presque), Harry Barnett décide de mener l’enquête pour retrouver Heather, persuadé qu’elle est encore vivante. Le hasard faisant bien les choses, il se retrouve en possession des dernières photographies de la jeune femme. 24 photographies qui vont l’entraîner sur les pas d’Heather, et d’une terrible machination… En sortira-t-il seulement indemne ?

Le résumé, pour ma part, avait achevé de me convaincre que je devais à tout prix me procurer ce roman haut en couleurs (de plus, il n’est pas tout à fait déplaisant de voyager un peu, entre la Grèce et l’Angleterre). Je n’avais encore jamais lu de romans de Robert Goddard, même si « Par un matin d’automne » m’attend sagement dans la bibliothèque. Je suis désormais ravie d’avoir pu découvrir cet auteur qui manie l’écriture et le suspense à la perfection. La galerie de personnages est des plus convaincantes, et vous ne cesserez de passer d’un coupable à un autre, vous serez baladé par l’auteur, et ce jusqu’aux dernières pages du roman, ce qui est assez exceptionnel !

Bien que le roman soit assez long, vous pourrez sans peine le dévorer, croyez moi ! Cette soif de connaître le fin mot de l’histoire est des plus présentes dans ce roman… policier ?

715 pages que vous ne regretterez pas d’avoir lues, effet surprise garanti !

 

Éditions Le Livre de Poche – Sélection prix des lecteurs 2013 (mai)
En grand format, éditions Sonatine.

Si ce livre vous a plu, n’hésitez pas à vous jeter sur le nouveau Robert Goddard : “Le secret d’Edwin Strafford”, sorti en mars dernier aux éditions Sonatine.

“Thomas Drimm – La fin du monde tombe un jeudi” T1 – Didier Van Cauwelaert

Standard

Thomas Drimm T.1

 

J’ai toujours apprécié les romans de Didier Van Cauwelaert, et c’est avec curiosité que je me suis procurée le premier tome de sa série « Thomas Drimm » au titre accrocheur : « La fin du monde tombe un jeudi ». Connaissant le style d’écriture de M. Van Cauwelaert, je ne pouvais que m’attendre à du génie de sa part, un peu de poésie, de malice, et un brin d’ironie.
Si vous aimez les livres de science fiction, si vous aimez les livres de M. Van Cauwelaert, alors vous serez très vite conquis par cette bouffée d’air frais qu’est ce livre !

M. Van Cauwelaert nous raconte l’histoire de Thomas Drimm, jeune adolescent, qui vit dans ce qu’on suppose être notre futur. Il vit aux Etats-Uniques (ai-je précisé que j’adorais les jeux de mots de M. Van Cauwelaert ? Du génie vous dis-je !), où la société est radicalement différente de la nôtre (mais peut être pas tant que ça…), prônant le bio, l’écologie, le politiquement correct, et surtout une idéologie de la chance (qui a même tendance à se rapprocher d’une religion… s’il n’y a pas d’ironie dans tout ça !). Bref, c’est un adolescent un peu obèse, mal dans sa peau, avec des parents qui voudraient qu’il soit bien meilleur en classe, et qui se sent enfermé dans ce monde où il faut tout faire comme tout le monde… Jusqu’au jour où, par le plus grand des hasards (ou pas…), il tue le célèbre Professeur Pictone d’un coup de cerf-volant. Le Professeur Pictone est un savant qui a inventé le dôme qui protège, soi-disant, les Etats Uniques de toute attaque nucléaire venant d’un autre Etat. Cependant voilà, le scientifique décédé dont le corps a été lesté au fond des océans par Thomas Drimm (c’est qu’il a beau être nul en tout, il en a là dedans !) se réincarne dans l’ours en peluche du garçon et lui annonce qu’il doit sauver le monde en détruisant ce bouclier qui est en réalité extrêmement nocif ! Thomas Drimm, qui aura d’abord du mal à en croire en tout ça (et on le comprend) demandera l’aide de sa jolie voisine, Brenda, pour l’accompagner dans ses nouvelles aventures !

Ce qui pourrait sembler n’être rien d’autre qu’un simple délire s’avère en réalité être une étude plutôt ironique de notre société actuelle. Ce roman nous offre un divertissement sans précédent, et il est suffisamment convaincant pour nous faire comprendre que tout ça pourrait arriver (et ça, c’est une véritable force !).
Cette série m’a donc pleinement convaincue, je vais bientôt m’atteler à la lecture du deuxième tome « La guerre des arbres commence le 13 », en attendant le troisième qui sortira sans doute bientôt en grand format ! Youpi !

« J’ai treize ans moins le quart, je n’ai l’air de rien, mais je suis en train de sauver la Terre. Et pas seulement en triant mes déchets. »

Editions Le Livre de Poche, 2010, au format poche.
Editions Albin Michel, 2009, grand format.
Site officiel de la série.