Tag Archives: Acte Sud

“La maison où je suis mort autrefois” – Higashino Keigo

Standard

La maison où je suis mort autrefois - Higashino Keigo

 

Voici l’occasion de commencer à vous présenter des romans policiers sur ce blog, mais surtout mon auteur japonais préféré. Malheureusement, ce dernier n’a pour l’instant été que peu édité en France, mais j’espère bien que les éditions Acte Sud vont continuer sur leur lancée pour nous offrir de thrillers et policiers haletants tels que sait les écrire Higashino Keigo (j’en suis même réduite à tenter de les lire directement en japonais, et autant vous dire que ça n’a rien de simple).

« La maison où je suis mort autrefois », au titre tout à fait accrocheur par ailleurs, raconte l’histoire de Sayaka Kurahashi. Son mariage va mal, elle maltraite sa fille, et elle est suffisamment dépressive pour avoir tenté de mettre fin à ses jours. Mais le plus étonnant dans tout ça, c’est qu’elle n’a aucun souvenir avant l’âge de cinq ans. C’est cette étrange amnésie qui va nous captiver jusqu’à la fin du roman. A la mort de son père, elle reçoit une étrange enveloppe contenant une clé et un plan indiquant la route à parcourir pour atteindre une maison perdue dans les montages. C’est avec un ami d’enfance qu’elle va s’y rendre, ne sachant pas vraiment ce qu’elle va y trouver. Là bas, le temps semble s’être arrêté. La maison paraît abandonnée depuis longtemps. En la visitant, il découvre la chambre d’un petit garçon, Yusuke, et un journal intime… C’est alors qu’ils vont découvrir les tragiques événements qui se sont déroulés dans cette maison, et se lancer dans une enquête étrange et obsédante pour comprendre ce qui est arrivé au petit Yusuke, et quel est le lien qui existe entre son histoire et l’enfance de Sayaka.

Ce roman n’est pas un policier classique, bien qu’on soit entraîné dans une enquête obsédante et troublante en compagnie de nos deux héros. Higashino Keigo parvient à nous conter cette histoire lugubre de telle manière qu’il est compliqué de lâcher ce livre, même si l’on est choqué par ce qui est écrit à l’intérieur. Pour ma part j’ai été très surprise, n’étant pas habituée à lire ce genre de roman très noir de sa part, et c’est troublée que j’ai refermé cet ouvrage.

Higashino Keigo nous montre avec brio que notre mémoire peut cacher bien des choses, des choses mortelles… Et c’est sur cette phrase que je vais vous laisser méditer, sans vous en dévoiler plus…

Pour les adeptes des énigmes et de l’étrange, ce roman est fait pour vous. Il s’agit d’une écriture de grande qualité (la traduction l’est également) du maître du polar japonais ! A mettre entre les mains de tous les aficionados !

Mention spéciale pour la couverture, macabre à souhait !

 

« Je ne sais pas, mais c’est malsain, dit-elle en se frottant les avant-bras, je veux bien que les gens qui habitaient ici soient partis, mais laisser tout en plan de cette façon… »

Editions Acte Sud, collection Babel Noir en format poche.